« Welcome to Mumbay! »

14 08 2010

Le réveil sonne, il est 4h du matin, je n’ai pas fermé l’oeil de peur de ne pas me réveiller. A peine le temps de finir les bagages que le taxi est déja a m’attendre en bas.

Roissy Terminal 1. Pas un chat dans l’aéroport, sauf une longue file d’attente au comptoir d’enregistrement, quel contraste!
Je patiente tranquilement, tout en sachant que je suis beaucoup trop chargé. Je n’ai le droit qu’à une valise de 20 Kg en soute, et 1 de 8 kg en cabine. Ca fait léger pour partir quelques années!!
La valise fait 23 Kg, je croise les doigts, et je dois avoir pas loin de 20 Kg en cabine entre le matos photo sur le dos et la sacoche portable qui est bien remplie.
Au final ca passe nickel au guichet de SWISS, pas de problème.
Le vol se passera sans encombres, changement à Zurich, puis jusquà Mumbay l’avion tout neuf ne sera avec grande surprise qu’à moitié rempli.

« Welcome to Mumbay », au micro Jean-Pierre le pilote (véridique) nous remercie du voyage dans un accent impéccable.
Je n’ai pas fermé l’oeil du voyage, comme à chaque fois que je prends l’avion d’ailleurs.
Il est 21h50 heure locale, é travers le hublot l’aéroport est sous la pluie, et de la bonne grosse pluie qui mouille apparemment.
Dans les couloirs menant au controle du passeport je retrouve cette odeur très particulière, un mélange indéfinnissable, celà semble incrusté dans les murs et la moquette.
A peine récupéré la valise que me voilà me frayant un chemin vers la sortie, il y a foule ici !!

Au franchissement des portes de l’aéroport c’est à nouveau le choc : foule, chaleur et humidité, je vais devoir m’y faire c’est la saison des pluies!
Au loin résonnent les klaxons, mais pas le temps d’admirer le décor je dois retrouver mon chauffeur. Le problème est qu’ils sont des centaines à attendre leurs client / invités avec une pencarte!
Après 40 minutes de recherche, je commence à paniquer, mon nom n’est nul part, le chauffeur semble ne pas etre venu.
Et bien sur je n’ai ni téléphone ni numéro pour le joindre.
Après encore 10 minutes à parcourir désespéremment  la zone, on vient me taper sur l’épaule, je relève la tete et un gars me demande si je vais à l’ISD DSK! Soulagement, il m’avait reconnu dans la foule faute d’avoir prévu de pancarte!!
Je retrouve un autre français et c’est parti pour 4 heures de route pour une arrivée sur le campus sur les coups de 2h30.

L’excitation du voyage est encore présente, il me faudra attendre 4h du matin pour pouvoir enfin trouver le sommeil. Le temps pour moi de défaire les valises et faire le tour de l’appartement.
La fin de semain risque d’être intense!

Publicités